La réhabilitation « lourde »